Banner Before Header

Les implications juridiques du mouvement constitutionnel du 18 janvier 1996 en matière d’environnement au Cameroun.

0 287

elephant_mort670La constitutionnalisation du phénomène environnemental au Cameroun ne s’est pas faite en marge des grandes orientations définies à l’échelle internationale. Par la révision constitutionnelle du 18 janvier 1996 en effet, le constituant camerounais a fait de l’environnement un droit fondamental de l’homme dont la mise en œuvre suppose l’action concertée de tous les acteurs économiques et sociaux.

Cependant, il n’en demeure pas moins que le contenu dudit droit reste marqué d’un anthropocentrisme étriqué que dix années d’activités législatives et réglementaires n’ont pas suffi à dépasser ; preuve que la protection de l’environnement va au-delà de considérations purement juridiques.

Lire le texte intégral en cliquant sur LES IMPLICATIONS JURIDIQUES DU MOUVEMENT CONSTITUTIONNEL DU 18 JANVIER 1996 EN MATIERE D’ENVIRONNEMENT AU CAMEROUN

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.