Banner Before Header

La nouvelle Afrique selon Sassou Nguesso

0 268

Dans un essai publié en 2009, le président Congolais interpelle l’humanité sur les nouveaux défis environnementaux et indique le chemin à suivre pour y faire face.Ceux qui, en Afrique ou ailleurs, pensaient encore que les questions liées au réchauffement climatique, à la préservation de l’environnement et au développement durable ne préoccupaient que les « Blancs » ou les habitants des pays désertiques, vont devoir se raviser. L’écologie, c’est aussi une affaire d’Africains.

La preuve, un authentique « fils de la forêt » nommé afrique-sassou a poussé, il y a quelque temps déjà, à l’humanité toute entière, un cri d’alarme qui commence à faire écho.
Dans son essai L’Afrique : enjeu de la planète, sorti le 1er décembre 2009 des presses de RES Publica Editions, le chef d’Etat Congolais prend le contre-pied de ses contemporains qui, au début des années 2000, avaient annoncé que le siècle en cours serait celui de la communication. Non, semble dire Sessou Nguesso

Le 21e siècle sera bien celui de l’écologie et du développement durable. Son argumentation est tirée des principaux défis que, depuis la fin du siècle dernier, l’Afrique et le monde sont appelés à relever. Pour l’auteur, les nouveaux fronts qui se sont ouverts avec le troisième millénaire et sur lesquels l’on devra batailler dur sont la terre, l’eau et l’air.

La terre, objet de toutes les convoitises, devient en effet chaque jour plus inhospitalière, parce stérile et aride. L’eau pour sa part, malgré une augmentation sensible de son volume du fait du réchauffement de la planète qui fait fondre les glaces-perd chaque jour en qualité au point de devenir, non plus une source de vie, mais une véritable menace, voire une source de mort pour l’homme ? Il en est de même pour l’air, qui, à cause d’une industrialisation sauvage, est vecteur des poussières les plus toxiques et des bactéries les plus virulentes.

De la richesse à la galère

Bien évidemment, les fléaux tels que la famine endémique, la maladie, le réchauffement climatique, l’avancée du désert, et toutes les catastrophes naturelle ou artificielles qu’entraine cet état de chose, semblent avoir fait leur lit en Afrique ? Ainsi, déplore l’auteure, le berceau de l’humanité, le continent qui dans son sol et son sous-sol rassemble l’essentiel des ressources naturelles, donc des richesses du monde, devient »le continent de toutes les misères », et partant, le centre des préoccupations de la planète ?

Raison pour laquelle le président de la République congolaise propose des « pistes du nouveau millénaire », pour que l’Afrique soit la proue du monde : une réorganisation des relations internationales basée sur la solidarité, le partage et la communion avec la nature.

En fait, un véritable retour aux valeurs « fondatrices et permanentes de la culture africaine ». On comprend dès lors le combat que mène Denis Sassou Ngeusso pour la synergie des actions destinées à la préservation des écosystèmes dans le monde. Ce souci est d’ailleurs perceptible tout au long des pages de son livre, ou il apparait maintenant qu’il a jeté les bases de la tentative de fédération, début juin 2011 à Brazzaville, de trois grands massifs forestiers du monde que sont les Bassin du Congo en Afrique, l’’Amazonie en Amérique centrale et le Borneo-Mekong en Asie. Une initiative qui malheureusement pour lui, s’est soldée par un èches cuisant, ses pairs ayant trouvé son projet trop nombriliste ?
Cet échec n’enlève cependant rien à la pertinence du sujet traité par son livre, encore moins au sérieux des solutions préconisés. L’auteur a le mérite d’élever l’écologie au rang des plus grands enjeux géopolitiques et même géostratégiques du millénaire

 

L’Afrique : enjeu de la planete.
Denis Sassou Ngeusso
Res publica (2009)

Longin-Cyrille Avomo.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.