Banner Before Header

EXPLOITATION DU COBALT-NICKEL-MANGANESE AU CAMEROUN : LA MEFIANCE DES AUTORITES

0 781

L’adage africain qui enseigne que «lorsqu’on a été mordu par un serpent, on se méfie même du mille-pattes» s’applique parfaitement à la position des autorités camerounaises s’agissant du projet d’exploitation du cobalt-nickel-manganèse de Nkamouna. Aussi, Yaoundé a du mal à s’associer à l’enthousiasme des responsables de la junior minière britannique.

exploitation artisanale minière

African Battery Metals (Abm) c’est cette entreprise qui a pris la suite de Geovic Cameroun, filiale de Geovic mining Corp, junior minière américano-canadiennedans le programme d’exploration et d’exploitation duCobalt-Nickel-Manganèse dans la localité de Nkamouna dans la région de l’Est au Cameroun.

Cette entreprise a annoncé à la fin de l’année dernière,le lancement de ses activités d’exploration sur les licences tombées dans son escarcelle au Cameroun, à la suite du rachat de la société Cobalt Blue Holdings. Aussi, se fondant sur les résultats « des travaux d’exploration antérieurs de Geovic à Nkamouna, Abm est convaincue que«cette région héberge l’une des plus importantes ressources de cobalt au monde, en dehors de la RDC », a déclaré en substance Roger Murphy, directeur général.

L’entreprise minière annonce aussi avoir identifié une série d’objectifs dans ses licences du Cameroun pour les travaux de suivi, qui présentent la même signature géologique que les licences de cobalt-nickel détenues par Geovic.« Nous pensons comprendre pourquoi la minéralisation se trouve dans les licences historiquement détenues par Geovic (…) Nous avons des zones similaires dans les licences de ABM Cameroun. Je suis impatient de mettre en œuvre un programme d’exploration qui, je pense, devrait confirmer la présence de cobalt et de nickel

Et les dirigeants de cette société minière se satisfont de ce démarrage des activités. En effet, d’après les premières études de faisabilité, le projet cobalt-nickel-manganèse de Nkamouna, situé dans l’arrondissement de Lomié à l’Est du pays, a été évalué à plus de 121 millions de tonnes de ressources minérales pouvant être exploitées à 22% durant 23 à 25 ans. Les teneurs moyennes de ces ressources sont de 0,26% pour le cobalt, 0,66% pour le nickel et 1,48% pour le manganèse. Durant les 11 premières années de production, l’on espère une production moyenne annuelle évaluée à 13,5 millions de livres de cobalt, 7,25 millions de nickel et 138 millions de carbonate de manganèse.Toutes choses, entreautres qui justifient l’enthousiasme des responsables d’Abm.

African Battery Metals tente de rassurer les autorités camerounaises sur ses capacités de mener à bien l’exploration et l’exploitation de cette ressource minière. Ce qui n’empêche pas qu’on attend de la juger sur les faits. En fait, après avoir été tournées en bourrique pendant près de quinze ans par le premier opérateur de ce projet, les autorités du Cameroun ont du mal à prendre pour argent comptant, les assurances de ce nouvel opérateur qui sera jugé sur ses actions sur le terrain.

Arielle Magoum

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.