Banner Before Header

Du stockage biologique de l’hydrogène

0 191

F003/1594L’hydrogène est une solution écologique pour l’alimentation énergétique future. Un moyen sûr et efficace de le stocker a été découvert par les scientifiques Kai Schuchmann et Volker Müller, de l’Université Goethe de Francfort-sur-le-Main. Ils ont trouvé à l’intérieur d’une bactérie, une enzyme convertissant l’hydrogène et le dioxyde de carbone en acide formique. A la différence de l’hydrogène gazeux, ce liquide peut être stocké et transporté comme des carburants classiques.

 L’avantage réside dans le fait que l’hydrogène ne serait reformé qu’au sein d’une pile à combustible sur le lieu même de la consommation. Aussi, l’acide formique peut être utilisé directement pour l’alimentation énergétique d’appareils électroniques tels que les téléphones mobiles.

« Une voiture équipée d’une pile à combustible a besoin d’environ 45.000 litres d’hydrogène gazeux (T° ambiante et pression atmosphérique) pour parcourir 400 km. Ce montant pourrait être stocké sous forme d’environ 75 litres d’acide formique liquide » calcule M. Schuchmann. Le chercheur a étudié le métabolisme de la bactérie Acetobacterium woodii. Cet organisme donne un aperçu de la vie des premiers organismes sur terre. « Il est maintenant démontré que cette bactérie est également un grand potentiel pour les technologies futures« , a déclaré M. Schuchmann.

 Jusqu’à présent, les catalyseurs chimiques nécessitaient généralement des pressions ou des températures élevées pour la réaction rapide de l’hydrogène et du CO2. Grâce à cette variante biologique, la réaction est réalisable avec des paramètres moins contraignants.

« Cette enzyme n’est pas seulement intéressante parce qu’elle permet à la fois le stockage et la libération de l’hydrogène avec une grande efficacité, mais aussi parce qu’elle rend possible la valorisation de monoxyde de carbone, co-produit durant le procédé« , a déclaré Volker Müller, directeur du département de microbiologie moléculaire et de bioénergie de l’Université Goethe. Ceci représente un avantage car la pile à combustible peut être endommagée par une contamination au .

Les scientifiques ont déjà déposé un brevet pour leur système de stockage biologique de l’hydrogène, dans lequel ils peuvent également utiliser l’ensemble des bactéries. « On doit amener la bactérie Acetobacterium woodii à stopper son métabolisme après la production de l’acide formique, qui est seulement un produit intermédiaire« , explique M. Müller. Les chercheurs y sont parvenus grâce à l’élimination d’ions sodium ; la bactérie a en effet besoin de sodium pour une étape décisive de la production d’énergie, tel que le scientifique l’a découvert en 2012.

Hélène Benveniste,

 In http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/74725.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.