Banner Before Header

Cameroun:le barrage de Memve’élé pourrait produire 201MW entre 18 et 22 heures

0 170

memvelé'eLe barrage hydroélectrique de Memve’élé va permettre la production de 201 MW d’énergie supplémentaire. Ce barrage, en chantier, couvrira la rive droite du fleuve Ntem sur une superficie de 1480 hectares et de 5220 hectares sur la rive gauche.

Le montant global de l’enveloppe consentie à sa réalisation est de 420 milliards de francs Cfa dont 243 milliards de francs sont déboursés par Eximbank of China, 112 milliards par la Banque africaine de développement. Et 65 milliards sont mis à disposition par l’Etat du Cameroun, dans le compte des fonds de contrepartie.

Cet ouvrage va contribuer à la réduction de l’important déficit énergétique dont souffre Le cameroun, à l’heure actuelle. Des experts expliquent que le déficit énergétique dCameroun atteint les 100 MW par jour, durant la saison sèche. Et que ce barrage, s’il est construit, va fournir 201 MW, en période de pointe (précisément entre 18 h et 22 h). Le projet de barrage de Memve’élé va porter la production nationale de l’électricité à environ 2000 MW. Les différentes parties prenantes du projet ont récemment réaffirmé leur engagement à livrer cet important ouvrage en 2017.

il faut rappeler que c’est le 15 juin 2012 que le chef de l’Etat, Paul Biya, a lancé, en grande pompe, les travaux de construction du barrage de Memve’élé, dans la localité de Nyabizan, département de la Vallée du Ntem, région du Sud. L’entreprise chinoise, chargée de construire ce barrage hydroélectrique, Sinohydro, s’est alors résolument mise au travail, en mobilisant plus de plus 1400 ouvriers camerounais et chinois. Depuis lors, beaucoup d’eau a coulé sous le pont. L’on a enregistré des mouvements d’humeur qui n’ont en rien altéré l’ardeur des responsables devant concrétiser ce gigantesque projet. Les travaux avancent, malgré tout.

Au deuxième trimestre de 2015, des sources proches du ministère de l’Eau et de l’Energie indiquaient que le taux de réalisation des travaux était à plus de 70%. D’importants travaux sont déjà bouclés ou en voie de l’être. Par exemple, l’on a réussi la seconde dérivation du fleuve Ntem sur le site de cette infrastructure, à la fin du mois de février 2015.

Olivier LAMISSA KAIKAI in Cameroon tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.