Banner Before Header

Cameroun : Questions autour de la facturation de l’eau et de l’électricité

0 157

eau ajafeDe larges écarts enregistrés entre les tarifs d’un mois à un autre, malgré des consommations plus ou moins régulières. 

Laurentin D., chef de famille, dit regarder ses factures d’eau comme il regarde une course de chevaux. Sans vraiment savoir à quoi s’attendre. « Un coup je reçois une facture de 3000 F. Un autre coup, c’est une facture de 27 000F qu’il faut régler. C’est un peu la loterie ». Ce fonctionnaire fait remarquer qu’il en est ainsi depuis six mois. Et de poursuivre : « Notre consommation d’eau est plutôt régulière. Je ne vois pas ce qui peut justifier un tel gap entre deux factures. » Laurentin D. se résout à penser que : « Lorsqu’une facture de 3000 F arrive, je me prépare psychologiquement pour le mois prochain, parce que je sais qu’ils vont compenser à la prochaine facture. » Félix Zogo Manga, directeur régional de la Camerounaise des Eaux (CDE) Yaoundé agglomération soutient : « Il n’y a pas de facturation à la tête du client. Le prix du m3 est de 364F et c’est en fonction des indexes lus sur les compteurs que la facturation est établie. »

Ghislaine N., résidente au quartier Mendong à Yaoundé vit la même situation, à quelques chiffres près. La dame est tombée des nues devant une facture d’eau de 62 000 F ; elle qui est habituée aux quittances d’au plus 12 000 F. Après une descente sur le terrain des éléments de la CDE, ceux-ci se rendent compte que la fluctuation est due à un trafic du bailleur de la dame. « Les conduits d’eau étaient placés de telle sorte que visiblement ils alimentaient mon appartement. Pourtant, ils desservaient quatre autres ménages de la concession et la facture, salée bien sûr, a été mise à mon compte ! », s’indigne-t-elle. Une fois la filouterie décelée, « les agents de la CDE ont toutefois affirmé qu’il subsistait une anomalie dans la facturation, qu’ils comptent déceler», ajoute-t-elle.

Pour ce qui est de l’électricité, la tarification de la consommation est appliquée à l’abonnement, au branchement et à la consommation mensuelle évaluée en kWh. Une enquête effectuée par l’agence de régulation du secteur de l’électricité (Arsel) auprès des abonnés d’Aes Sonel en 2012 montre que 71% des abonnés souhaitent surveiller et contrôler leur consommation d’énergie électrique. « Cela traduit certainement une volonté de changement et interpelle le régulateur à s’impliquer davantage dans la recherche des procédés de comptage plus transparents et fiables», poursuit le document. Il ressort également de cette enquête que la consommation moyenne mensuelle des abonnés de la ville de Yaoundé s’élève à 23 178 F. Sans compter que ceux-ci enregistrent 6,8 coupures par semaine, soit pratiquement une chaque jour.

Marilyne NGAMBO TCHOFO-cameroontribune.cm

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.