Banner Before Header

Cameroun-pollution : Lafarge et RocaGlia complotent contre la ville de figuil

1 434

cimentL’exploitation du calcaire et du marbre entraine de nombreux désagréments à cette ville de la région du Nord du Cameroun.Figuil dont le nom vient du premier habitant Figuirma, est situé dans le département du Mayo Louti dans la région du Nord. C’est dans cette localité que se trouve le projet le plus connu de l’entreprise Cimencam où elle exploite le calcaire et le transforme en ciment.

Mais après un peu plus de 50 ans d’exploitation au Cameroun, et particulièrement dans la commune de Figuil, Cimencam est encore loin de la matérialisation du slogan du Groupe Lafarge, dont il est la filiale au Cameroun : « construire des villes meilleures ». Selon une étude réalisée par deux Ong, à savoir Relufa et Natural Ressource Governance institute (NrGi), les activités de cette usine ont de nombreux impacts négatifs notamment sur les plans social et environnemental à Figuil.

Car, s’il est vrai que le ciment est produit en majorité à Figuil, sa commercialisation se fait dans d’autres localités du territoire camerounais et même au Tchad voisin. Toutefois, le sac de ciment est plus coûteux dans la ville de Figuil (entre 6500 et 8000 CFA) que dans la ville de Garoua (entre 4500 et 5000 Cfa qui est d’ailleurs le prix courant du sac de ciment au Cameroun).

L’inexistence de centre de commercialisation du ciment à Figuil justifierait ces prix élevés. L’activité de Cimencam est à l’origine de désagréments olfactifs (liés aux oreilles) et visuels dus aux nuages de poussière, la disparition des plantes utilisées dans la pharmacopée traditionnelle par ces populations qui n’ont pas toujours accès aux hôpitaux ou centres de santé.

Mais il n’y a pas que Cimencam qui cause de tels désagréments aux populations de Figuil. L’entreprise Chaux Roca (communément appelée RocaGlia), elle, produit du calcaire concassé, du calcaire broyé, de la chaux éteinte, des carreaux de marbre et du granite. Afin de faire fonctionner ses fours, cette entreprise utilise des troncs d’arbre (baobab, acacia, jujubier tamarinier figuier et fedherbia). Ce qui entraine la déforestation de cette localité don l’écologie est déjà fragile du fait de l’avancée du désert. L’usage du bois dans les fours de Rocaglia est également source de pollution olfactive du fait de la production des nuages de fumée qui se combinent à la poussière de marbre brulée et au ciment de Cimencam.

Face à la demande croissante en ciment sur le marché mondial, ces entreprises comptent étendre leurs zones d’exploitation. Toujours selon le document suscité, la demande d’extension cumulée des deux compagnies (Cimencam et Rocaglia) concerne 0,7% de la superficie totale de la commune de Figuil qui elle-même est estimée à près de 1250Km2, soit 8,7 Km2. Cette extension, si elle est réalisée, entrainera une réduction des terres cultivables et habitables à Figuil.

Les arbres coupés par Rocaglia, en plus de leur valeur écologique, ont également une valeur culturelle. Ils servent en effet à l’alimentation, la pharmacopée, l’ombrage et au bois de chauffage pour les familles vivant aux alentours.

Cette situation préoccupe d’autant que ces deux usines sont proches du seul centre de santé de Figuil à même de fournir les principaux soins.

Viviane Mendouga-Mutations-

  1. gabriel dit

    des mesures de prévention, comme des filtres, ser&ient nécessaires car la production du ciment dans les cimenteries expose à des pathologies cutanées et respiratoires, dont certaines d’origine allergique, liées à la structure de poudre fine alcaline et irritante qui se répand dans l’air ambiant sous forme de poussières, et qui se dépose sur tous les sols et supports divers : voir La prévention des risques des cimenteries : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=431

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.