Banner Before Header

Cameroun : Plus de 215 tonnes de plastiques saisies

0 155

sachetsLancée depuis fin avril 2014, l’interdiction de l’utilisation des plastiques non biodégradables ne semble guère suivie. A preuve, plus de 215 tonnes de ces emballages ont été saisies par les services de contrôle et de répression du ministère de l’Environnement récemment.

Comme prévu, le ministère camerounais de l’Environnement et de la Protection de la Nature n’a pas hésité de lancer une campagne de répression contre des commerçants, producteurs et importateurs des emballages en plastique non biodégradables, qui continuent d’écouler les stocks de ces produits interdits sur le territoire camerounais, à la suite d’une décision gouvernementale prise le 24 octobre 2012.

 Si certains commerces semblent s’être arrimés à la nouvelle donne à l’instar des pharmacies, boulangeries et autres supermarchés, les entreprises de distribution des emballages en plastique du pays se sont arcboutées dans la logique de l’affrontement alors même qu’elles essuient des visités régulières et inopinées des agents du ministère de l’Environnement, qui y saisissent tous les emballages en plastique non biodégradables. Depuis lors, le ministère de l’Environnement avance le chiffre de 215  tonnes, des emballages déjà saisis.

Cette opération coup de poing se poursuit pour une durée pour l’instant indéterminée. Toutefois, l’on se souvient qu’après la décision d’interdire les emballages en plastique non biodégradables sur le territoire camerounais prise en octobre 2012, le gouvernement camerounais, dans un communiqué daté du 13 février 2013, avait fixé aux opérateurs de cette filière, à titre transitoire, la date du 24 avril 2014 pour se conformer à l’interdiction de produire, importer ou commercialiser lesdits emballages, tout en conseillant aux entreprises de ce secteur une migration vers la production des emballages biodégradables.

Mais, à la date butoir du 24 avril 2014, les opérateurs de la filière emballages en plastique, secteur qui revendique 10 000 emplois et une contribution de près de 12 milliards de francs Cfa au Trésor public, n’étaient pas encore en phase avec la nouvelle donne. D’où l’opération de répression ayant abouti à la saisie de cet important stock révélé au sortir d’une réunion d’évaluation de cette mesure gouvernementale. Bien que se satisfaisant du fruit de ces opérations de contrôle, qui ont fortement réduit les emballages en plastique non biodégradables au Cameroun, le ministère de l’Environnement déplore l’arrivée permanente sur le territoire camerounais desdits emballages, prioritairement issus de la contrebande active des pays voisins et la dissimulation des stocks par certains producteurs locaux.

Aussi les agents du ministère de l’environnement et de la protection de la nature en sont-ils désormais à traquer littéralement ces opérateurs économiques véreux qui ont cru que les contrôles se feraient plus lâches, au fil du temps. Mais le croire c’est sans compter avec la détermination desdits agents qui ont fait de cette opération de répression, une action qui s‘inscrit dans la durée.

Alain Njoh Soppo

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.