Banner Before Header

Cameroun : les risques des sources ionisantes sont réels

0 141

ajafe-sourceLe ministre de la santé publique (minsante), André Mama Fouda, a présidé le 31 juillet 2013 à Yaoundé, un séminaire national de sensibilisation sur la mise en œuvre de la radioprotection dans les établissements hospitaliers du Cameroun. Le séminaire a bénéficié de l’encadrement technique de l’Agence nationale de radioprotection. (Anrp)

Parmi les problèmes identifiés par l’Anrp figurent la faible connaissance de cette structure par les utilisateurs des sources de rayonnements ionisantes et l’application insuffisante des mesures de radioprotection dans les pratiques.

Ce constat découle d’un inventaire des sources de rayonnements ionisants réalisé par Anrp sur l’ensemble du territoire camerounais. Ce qui avait permis de recenser plus de 400 générateurs de sources à rayonnements ionisants, et plus de 700 travailleurs exposés à ces rayonnements. Il avait été aussi constaté l’absence de plan d’urgence sur l’utilisation des ions. Or, atteste le Dr Simo, directeur de l’Anrp, il est impossible de nos jours d’imaginer un paysage médical sans ces rayonnements. Ils sont utilisés dans la radiothérapie, dans les scanners, dans la mammographie. Il faut donc, selon lui pouvoir minimiser les effets néfastes de ces sources, étant donné qu’ils peuvent provoquer la multiplication anormale des cellules et donner lieu à des cancers.

C’est pour cette raison que, révèle le Dr Simo, l’Agence internationale d’énergie atomique(Aiea) a édicté des normes qui sont des prescriptions relatives aux pratiques, aux interventions et des prescriptions d’ordre général. « Chaque pays membre de l’Aiea doit créer une structure qui délivre les enregistrements, les autorisations et les licences », renseigne le Dr Simo.

Il précise également que chaque chef d’établissement hospitalier est chargé de faire appliquer ces normes. Ce dernier doit être le garant de la prescription administrative, de l’autorisation de déclaration, de la sécurité des sources, du choix du site devant les abriter et de l’entretien des installations. Il doit mettre en place un service d’assurance qualité. Le responsable de l’hôpital doit pouvoir autoriser l’utilisation des rayonnements ionisants que lorsqu’elle est indispensable tout comme il doit procéder à la vérification permanente des équipements d’autant plus que leur qualité varie en fonction du temps déjà mis.

Pour le ministre de la santé publique, il est temps de mette l’ordre dans ce secteur en arrêtant les mesures correctives urgentes en collaboration avec l’Anrp. Il a dit la nécessité d’améliorer les conditions des travailleurs et du cadre réglementaire

Aicha Nsangou

 .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.