Banner Before Header

Cameroun : les inondations reviennent dans la région du Grand Nord

0 231

ajafe-inondation

Depuis quelques jours, les services locaux de la météorologie enregistrent de fortes pluies sur tout le sud du département du Mayo-Danay. Dans les arrondissements de Wina et de Datchéka, l’on a noté 145 mm de pluviométrie dans la nuit du samedi 7 août au dimanche 8 août 2013. Dans celui de Gobo, l’on était à 120 mm. Le délégué d’arrondissement d’agriculture et du développement rural de cette dernière unité administrative, Denis Danano Houli, signale des dégâts dans les champs de mil, de coton, d’arachide et autres.

Dans les villes de Doukoula (arrondissement de Kar-Hay) et de Datchéka, complètement inondées, c’est à pied qu’on se déplace, dans la quasi-totalité des ruelles devenues ruisseaux et menaçant les murs des habitations.

A Datchéka particulièrement, selon le sous-préfet, Daniel Wanié, « 23 familles dont les maisons ont été emportées par les eaux ont dû être recasées. Sept sont installées provisoirement à l’école publique de Datchéka. Une autre famille est recueillie à l’école privée catholique de Golonpoui, tandis qu’à l’Eglise orthodoxe de Katran, 15 familles ont élu domicile ». Le sous-préfet signale, par ailleurs, que les villages de Kankaroua et de Gangalang sont isolés du reste de l’arrondissement et il faudrait désormais une pirogue pour y accéder. Pour sa part, le responsable local de la Sodecoton de Datchéka, David Soulna, indique que plusieurs hectares de coton et d’arachide sont noyés.

Dans la zone de Guéré, le maire Laba Kampété affirme que le lac de Tikem au Tchad, gonflé à bloc, déverse son trop-plein vers celui de Guéré, obligeant les hippopotames à quitter le lac compte tenu de l’augmentation du volume d’eau. Les habitants des villages riverains chassés en 2012 et qui croyaient retrouver leurs localités ont à nouveau commencé à quitter les lieux. En cette période où la famine est rampante, toutes les routes de la zone sud du Mayo-Danay sont bloquées. Par conséquent, les marchés hebdomadaires de ces différentes localités sont devenus inaccessibles aux véhicules de ravitaillement.

Il faut souligner que ces localités inondées ou menacées de l’être ne sont pas riveraines de deux digues du Logone et du lac de Maga dont des travaux de renforcement viennent d’être effectués.

Grégoire DJARMAILA

.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.