Banner Before Header

CAMEROUN : LES EXPLOITANTS ILLÉGAUX DES RESSOURCES MINIERES ONT CHAUD

0 113

C’est l’une des recommandations fortes faite par le préfet du département du Djerem, dans la région de l’Adamaoua, au terme de la session du conseil municipal consacré au vote et à l’adoption des comptes administratifs du maire et de gestion du receveur municipal pour l’exercice précédent.

Nouhou Bello vient de décider de tenir le terreau par les cornes, dans la commune de Meiganga. L’autorité préfectorale engage l’exécutif communal à lancer une guerre sans faille contre l’exploitation anarchique des ressources naturelles du sous-sol.

Plus rien ne sera comme avant

«Il est important que nous mettions hors d’état de nuire ces exploitants illégaux d’or. Il faut que le maire puisse mobiliser l’autorité administrative et les différentes sectorielles de l’administration publique pour que nous puissions combattre ce phénomène qui est en train de menacer notre environnement, nos activités agropastorales et même la vie de nos populations», dénonce le préfet du département du Djerem.

l ‘exploitation anarchique des ressources minière au cameroun

En effet, les exploitants miniers ne respectent pas très souvent les cahiers de charges sociales. «Non seulement les revenus de cette activité ne profitent pas aux populations riveraines, mais également les responsables de ces entreprises ne respectent aucune norme au grand mépris de la réglementation en vigueur. C’est donc cette tendance que veut renverser Nouhou Bello afin de restaurer aux populations locales, leurs droits.

Axes prioritaires de développement

Pour l’année 2020, le maire Aboubakar Kombo entend mettre en œuvre plusieurs projets de développement pour l’amélioration des conditions de vie des populations locales notamment, la construction des infrastructures scolaires, sanitaires, énergétiques, routières et autres.

En effet, 4 importants projets sont en gestation. Le maire évoque le gravillonnage de quelques axes routiers dans la voirie urbaine à hauteur de 140 millions de FCFA par les fonds du Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain; 221 millions de FCFA du Fonds routier du ministère des Travaux Publics pour la construction d’un pont définitif sur le fleuve Nlom au village Wakasso et 486 millions de FCFA du Feicom pour la construction d’un marché moderne à Ngassiri.

À côté, d’autres financements sont déjà disponibles dans le cadre du programme de développement économique et social des villes secondaires exposées aux facteurs d’instabilité (Prodesv). L’exécutif communal entend donc embellir la ville de Meiganga et tous les villages environnants afin d’imprimer des marques indélébiles pour son second mandat.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.