Banner Before Header

Cameroun : le fumage de poissons, une technique bio mise au point

0 253

 fumage-de-poissonC’est l’utilisation à la place du bois, des écailles de poissons et autres déchets. L’Ong Oped a reçu mercredi à Yaoundé, le prix Equateur pour cette trouvaille.

Le fumage de poissons est l’une des activités à l’origine de la destruction des mangroves. Il fait subir une perte annuelle de 40 hectares de forêt de mangroves sur les 250 mille que comptent les côtes camerounaises. Près de 80% de la destruction de cette forêt est attribuée au fumage de poisson.

L’organisation pour l’environnement et le développement durable (Oped) a su trouver d’autres alternatives pour contourner ce procédé. C’est-à-dire fumer du poisson autrement en protégeant la biodiversité. Au lieu de continuer à utiliser le bois des mangroves, elle a trouvé une technique innovante et plus efficace pour les femmes qui transforment du poisson à Kribi, du côté de Campo. C’est l’utilisation des déchets entre autres les écailles de poissons qui donnent tout aussi, une bonne coloration sinon meilleur que le bois au poisson.

Cette Ong a également développé un projet sur l’aquaculture des crevettes d’eau douce pour l’amélioration des moyens d’existence des populations vulnérables de cette même zone. Ce sont tous ces efforts qui ont contribué à ce que l’Oped remporte le prix Equateur 2014.

La cérémonie de remise de cette récompense a eu lieu mercred 5 mars 2015 à Yaoundé. Présidée par Clémentine Ananga Messina, ministre délégué auprès du ministère de l’Agriculture, du développement rural (Minader). Pour le représentant du ministre de l’Environnement, de la Protection de la nature et du développement durable (Minepded), Barthélemy Ndongo, ces types d’initiatives sont à louer parce qu’elles préservent la qualité de l’environnement. « La méthode proposée par l’Oped vise à réduire de la coupe de bois de mangroves », reconnait-il.

Le représentant du PNUD, Najat Rochdi, a quant à elle expliqué que le prix Equateur, était un programme d’investissement unique consacré au financement mixte et au développement de capacités pour promouvoir les activités relatives à la gestion efficiente de la biodiversité.

Selon elle, l’Oped a réussi à mettre à la disposition des femmes de la localité, des technologies d’efficacité énergétique à la coupe de mangroves pour le fumage amélioré de poisson. Cette technique propose de nombreux autres avantages. Elle contribue à réduire les pertes post récolte, améliore la santé des femmes exposées à la fumée et à la chaleur. Lire la suite sur  www.cameroon-tribune.cm

Josy MAUGER

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.