Banner Before Header

Cameroun : l’Adamaoua contribue à 38% de viande de bœuf

0 358

L’industrialisation de la filière dans cette région vise à renforcer sa contribution à l’émergence du Cameroun.

D’après Dr Moussa Yaya, délégué régional de l’Elevage, des Pêches et Industries animales pour l’Adamaoua, le cheptel bovin de la région contribue de 38% environ de la production nationale de viande de bœuf. Avec un effectif du cheptel bovin estimé à près de deux millions de têtes de bétail, le plateau de l’Adamaoua constitue un cadre idéal pour l’activité pastorale.

Cette position stratégique a conduit l’Etat du Cameroun à investir dans le secteur à travers des projets structurants. Notamment avec l’industrialisation de la filière bovine sur la productivité des animaux et la promotion de la notion des chaines de valeurs.

La construction de l’abattoir industriel à Ngaoundéré mis en service le 2 juin dernier par le ministre Taiga en constitue une preuve éloquente. Un projet qui rentre dans le cadre du Plan d’urgence triennal (Planut), mis en place par le gouvernement, qui aura nécessité un investissement de 5 milliards de F.

L’infrastructure, d’une capacité de 250 bêtes par jour, devrait permettre de répondre efficacement à la demande sans cesse croissante, dans une région où l’élevage est la principale activité économique.

A coté de ce succès, on a le projet de développement de l’élevage (Prodel) financé à hauteur de 100 milliards de F par la Banque mondiale, et dont l’objectif est d’«apporter une réponse immédiate et efficace en cas d’urgence dans le secteur de l’élevage ».

Dans cette activité, l’Etat a aussi misé sur la production et la transformation du lait. Au regard de la forte demande nationale en produits laitiers et de l’évolution des marchés internationaux, la production laitière présente de réelles opportunités à court et moyen terme dans la région de l’Adamaoua.

Pour atteindre l’autosuffisance en lait, l’Etat du Cameroun, appuyé par l’Union européenne a mis en œuvre le programme d’amélioration de la productivité Agricole (Papa) volet amélioration laitière dans les régions septentrionales parmi lesquelles la région de l’Adamaoua pour un montant de 5,6 milliards de F.

Un programme qui a généré des opportunités d’investissement dans les villes de Meiganga, Tibati et Ngaoundéré. Notamment avec la commercialisation du lait et ses produits dérivés, l’exploitation industrielle à travers l’investissement dans la collecte et la transformation du lait local, secteur appelé à se développer eu égard aux exigences de qualité des consommateurs.

Par Esaie MEIDOGO SHAKUR ( cameroon –tribune)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.