Banner Before Header

Cameroun : la qualité du cacao ne s’améliore pas

0 292

Plus de 95% du cacao exporté par le Cameroun au cours de la campagne 2016-2017 était du grade II

En dépit des mesures prises depuis des années, la qualité du cacao camerounais ne s’améliore guère. Selon l’Office national du cacao et du café (Oncc), au cours de la campagne cacaoyère 2016-2017, plus de 95% des fèves exportées par le Cameroun était du grade II, contre 97% lors de la campagne précédente.

A cause de cette qualité peu encourageante des fèves camerounaises, l’origine Cameroun a connu une décote de 200 francs Cfa par kilogramme sur le marché international, tout au long de la dernière campagne, a récemment révélé le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana). C’était au cours d’une descente dans les bassins de production du pays.

Afin de renverser cette tendance, le gouvernement camerounais a institué, à compter de cette campagne 2017-2018, une prime à la qualité, a annoncé le ministre du Commerce, en lançant la nouvelle campagne, le 25 août dernier, dans la localité de Ntui.

Versée en fin de campagne aux acteurs qui se seront démarqués au cours de la campagne par la qualité de leur production cacaoyère, cette prime sera prélevée, apprend-on, sur la quote-part de la redevance revenant au Fonds de développement des filières cacao-café (Fodecc).

Il est également prévu le lancement de centres d’excellence du cacao à travers le pays, afin de former les producteurs aux meilleures techniques culturales. Selon les projections officielles, environ 4 000 producteurs pourraient ainsi être formés, chaque année, avec pour finalité de pouvoir produire un cacao de qualité autorisant des prix bord champ supérieurs à la moyenne.

BRM

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.