Banner Before Header

Cameroun : des tribunaux malpropres à Douala

1 315

toilletteDifficile de se mettre à l’aise dans un bâtiment public de la cité économique. Les cas fragrant sont, sans aucun doute, les tribunaux. L’entretien des toilettes n’est pas la chose la plus aisée.

Très sales, sont les toilettes  des tribunaux de la ville de Douala. Tel est le constat fait ce mardi 19 janvier 2016 à Douala. Ce qui aura davantage attiré notre attention, c’est bien sûr des déchets ici et là sur le sol. Ce sont des papiers abandonnés dans un coin de la salle, ou encore des sachets d’eau vides qui traînent dans un angle de la pièce. Le décor ne semble pas gêner les cadres ou encore propriétaires des véhicules cylindrés qui s’y trouvent. Certains sont galamment installés, avec les pieds bien allongés sur les sièges. Même la forte odeur de moisissure et d’urine qui parfume l’air n’émeut personne. Des moisissures causées par l’humidité excessive, un système de ventilation déficient, la présence des taches sur les murs, les plafonds côtoient l’élégance des juges et autres magistrats du siège.

Du côté du Tribunal de grande Instance (TGI) Annexe du Wouri en allant vers la Délégation régionale de la Promotion de la Femme et de la Famille du Littoral, l’environnement est quasiment similaire au premier sinon pire. Voyez-vous, des bidons noirs, plus d’une vingtaine, poussiéreux, sont posés les uns sur les autres au fond de la salle d’audiences, à l’aile gauche. Faisant croire que nous sommes dans une station-service.

Ce n’est pas tout. Des besaces déchirées pour certaines offrent au spectateur des piles de documents «rangés dans un désordre évident». Une sorte de magasin dans une salle d’audiences moderne qui ne laisse pas indifférent des gardes-prisonniers assis sur une table en train de mordre dans du pain bien garni. Une table qui n’a d’ailleurs pas sa place là, juste à l’entrée principale du TGI Annexe du Wouri alors que l’on approche les 12h. Le ménage devait déjà être en principe fait si on était dans une maison. Comme ce n’est pas le cas, tant pis pour celui qui ne se sent pas à l’aise dans ces bâtiments publics où travaillent de nombreux avocats cossus, véhiculés pour la majorité et régulièrement bien mis.

Et pourtant, il existe une Journée mondiale des toilettes commémorée chaque 19 novembre. Depuis 2001, le World Toilet Day est célébrée au point où une organisation mondiale des toilettes a été créée. Malheureusement, ladite journée n’est pas prise en compte  dans les édifices à Douala.  pourtant il s’agit là d’un enjeu de santé publique. Son objectif est de sensibiliser le grand public sur les questions d’hygiène à l’échelle planétaire.

Linda Mbiapa,

  1. jojo dit

    Les qui se mettent à l aise dans ces toilettes les moutons ou les êtres humains?
    A prenez dès aujourd’hui que la propreté des toi concerne tout utilisateurs entrant dans ces lieux car tout s à prend et la vie est une école la toilette traditionnelle ne vous fait pas travailler mais pour vivre dans la modernité il faut s y mettre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.