Banner Before Header

CAMEROUN : «CAMVERT» VEUT REDUIRE LE DEFICIT D’HUILE DE PALME

0 241

Novateur, le projet qui prend progressivement corpsdans les communes de Campo et Niété, département de l’océan, envisage de satisfaire la demande sur le marché camerounais en y injectant 180.000 tonnes d’huile de palme par an.

C’est un secret de polichinelle. En matière de production d’huile de palme, le Cameroun est déficitaire. Le pays importe des matières grasses pour plus de 28 milliards de Fcfa chaque année, notamment de l’huile de palme provenant de Malaisie et d’Indonésie. Et depuis trois ans, ce sont près de 50.000 tonnes qui sont fournies annuellement par le Gabon voisin. C’est que, la production nationale ne suffit pas à satisfaire la demande des sociétés de transformation (savonneries et raffineries).

Cette différence tend même à s’accentuer en raison des investissements réalisés par les entreprises de transformation alors que la production est restée stable. Même les importations ne suffisent pas à couvrir la totalité des capacités de transformation du pays qui sont estimées par l’Association des raffineurs des oléagineux du Cameroun (Asroc) à 1 000 000t par an.

l ‘extraction artisanale de l ‘huile de palme au cameroun

Cette situation ne sera bientôt plus qu’un triste souvenir. De jeunes investisseurs nationaux ont décidé de prendre le taureau par les cornes. Ils font pousser à Campo dans le département de l’océan, région du Sud, la plus grande palmeraie d’Afrique centrale. Le projet Camvert c’est 60.000 hectares de terres au total, soit, 50.000 hectares de terres à planter et 10.000 hectares qui seront conservés pour la biodiversité.

 Les communautés riveraines vont également présenter 5000 hectares, Camvert s’engage à les accompagner dans la mise sur pied de plantations communautaires et à racheter leur production. Cet investissement englobe des infrastructures sociales, écoles, centres de santé, avec à la clé, 8000 emplois directs et près de 10.000 emplois indirects.

Site d’implantation

De l’avis du gérant, Mahmoud Mourtada, « Camvert a engagé l’étude d’impact environnemental et il lui a été délivré un certificat de conformité environnementale.» D’un coût total d’investissement de 237 milliards de Fcfa à terme,Camvert S.A veut répondre à toutes les exigences en la matière. La collaboration avec les organisations de la société civile n’est pas en reste. Un protocole d’entente a été signé vendredi 8 mai 2020 avec le collectif des Ongs de la zone de Campo-Ma’an. Il fait suite à la signature des cahiers de charge avec les communes de Campo et Niété ainsi que les communautés riveraines (Yassa, Mvae et Bagyeli).

Pour atteindre ses objectifs,Camvert a jeté son dévolu sur une Unité Forestière d’Aménagement. L’Ufa09 025 fortement dégradée par l’exploitation forestière. Celle-ci, a fait l’objet d’un déclassement du domaine privé de l’État, conformément à la réglementation en vigueur au Cameroun. La palmeraie jouxte le parc de Campo-Ma’an, une réserve faunique.

Les responsables rassurent cependant : « toutes les mesures seront prises pour protéger les animaux », fait savoir Mamoudou Bobbo, le «Project Manager Officer».250.000 plants de palmier à huile pour 1500 hectares sont prêts à être enfouis sous terre pour la première année. Le projet emploi déjà environ 500 personnes sur le site de Campo. Dans la prise en compte de l’approche genre, plus de 70% des effectifs actuels sont des femmes. La production devrait débuter en 2024.

C.T. et Landry TSAGA

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.