Banner Before Header

Cameroun : Avc, jusqu’à 1,2 million F de coûts

0 211

ajafe-avcLa prise en charge de la maladie étant onéreuse et peu prometteuse, les médecins préconisent la prévention.

A l’occasion de la célébration de la Journée mondiale des accidents vasculaires cérébraux (Avc) le 29 octobre dernier, l’hôpital Laquintinie a organisé un symposium sur le diagnostic et la prise en charge de la maladie. Occasion pour les experts de rappeler l’ampleur du phénomène, qui ne touche plus seulement les personnes âgées. « Les Avc sont d’actualité à cause notamment de leur taux de mortalité élevé et du coût de la prise en charge », déclare le Dr. Jacques Doumbe, neurologue à Laquintinie.

Selon les experts, les Avc ont un taux de mortalité d’environ 10% et sont, entre autres, la première cause de handicap non traumatique chez les adultes. C’est également la cause d’un tiers des hospitalisations dans les services neurologiques en Afrique.

Le diagnostic tardif, l’insuffisance des appareils d’imagerie dans les hôpitaux, les moyens thérapeutiques limités participent à la hausse du taux de mortalité de la maladie. D’après le Dr. Jacques Doumbe, les patients perdent en moyenne 12 heures entre le moment où les signes de l’Avc se manifestent et la prise en charge effective dans les hôpitaux. Les séquelles de la maladie sont parfois très graves (paralysie entre autres), d’où l’importance du diagnostic rapide.

Pour le Dr. Salomon Mbahe, interniste neurologue à l’hôpital général de Douala, il faut que le patient arrive avant la troisième heure après l’apparition des symptômes pour une prise en charge adéquate. Une fois interné, le malade peut dépenser entre 800.000 F et 1,2 million de F en frais d’hospitalisation lorsqu’il survit, d’après le Dr. Salomon Mbahe. Or, nombre de patients sont souvent démunis. C’est pourquoi les médecins insistent sur la prévention des Avc. Les facteurs de risques sont notamment l’âge, l’hypertension artérielle (un hypertendu court quatre fois plus de risque de faire un Avc qu’un sujet normal), le tabac, le diabète, l’obésité, l’alcoolisme, la sédentarité, etc. D’où la journée de dépistage gratuit contre des affections comme l’hypertension artérielle, le diabète, etc. organisée mardi dernier.

Steve LIBAM

.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.