Banner Before Header

Vih/Sida au Cameroun : Le retour des messies

1 199

sidaLes faiseurs de miracle sur le sida ont repris du service au Cameroun et écument la république à la recherche des gogos à plumer. Au vu et au su des pouvoirs publics, ils usent d’affiches placardées aux carrefours et des messages dans les médias pour se faire connaitre. Les pouvoirs publics ne disent rien.Après avoir en mi-mars 2004, mis en garde les « charlatans » qui, à travers des déclarations fracassantes, se présentaient comme détenteurs de solutions miracles contre le sida, le ministre de la Santé avait en fin de compte interdit, en janvier 2006, les médias locaux d’ouvrir leur antennes et leurs colonnes aux « marchands d’illusions » qui prétendent soigner le VIH/sida. En effet à cette époque,  la réaction ministérielle est intervenue alors que de nombreux journaux privés locaux et radios rivalisaient d’encarts, spots publicitaires et autres articles fantaisistes qui vantaient les exploits de marabouts camerounais sur le sujet.

On avait noté alors quelques timides protestations de certains « chercheurs » qui s’élevaient contre cette prise de position de la part d’un membre du gouvernement qui condamnait tout le monde sans avoir mené des contre-expertises des travaux des uns et des autres. Parce qu’il faut dire que certains étaient absolument certains d’être en mesure de faire la peau au Vih/Sida.

Depuis ce temps, même si les publicités et autres annonces fantaisistes sur les « miracles » camerounais sur le sida ont disparu des supports médiatiques, dans leurs officines, les guérisseurs ont continué à faire ingurgiter leurs potions « miracles », trop souvent à base d’urine, aux désespérés qui tombaient dans leurs rets.

Ces derniers temps cependant, on note un retour des messages triomphalistes sur le sida qui ont fait fureur dans les années 2004-2006. On les retrouve dans des tabloïds, affichés sauvagement dans la ville, à des endroits stratégiques, sans oublier les médias audiovisuels locaux qui passent à longueur de journées, les ritournelles publicitaires des individus qui prétendent soigner toutes les maladies.

« Le sida est vaincu », « le sida est battu », « sida in trouble »… aucun superlatif n’est de trop dans cette offensive publicitaire pour appâter des désespérés. Certains assurent que le paiement n’a lieu qu’après la guérison ; une guérison prévue généralement entre deux et trois mois.

Ce phénomène refait surface au moment où le Cameroun affiche des statistiques encourageantes dans sa lutte contre le Sida. Il ressort justement  du  rapport préliminaire  sur la prévalence  du VIH/SIDA au   Cameroun  en 2011  de l’Institut   National  de la Statistique (INS) que le nouveau taux  de prévalence du VIH/SIDA au Cameroun est de 4,3%.   Elle indique que la prévalence du VIH/SIDA a baissé de façon significative  depuis 2004. Estimée à 5,5%  lors de l’Enquête  Démographique  et de santé 2004, elle a longtemps stagné  et  est donc finalement tombée à 4,3%  en 2011.  Cette baisse selon les experts de l’INS, concerne aussi bien les hommes (de 4,1% à 2,9%) que les femmes (de 6,8% à 5,6%).

Bernard Mawo

 .

  1. demanou dit

    laisse seulement,les camerounais ont de l’imagination. il se pourrait que cette recrudescence tient de ce le Cameroun n ‘a plus été rééligible au fond mondial. des cleptomanes de Yaoundé n ‘ont pas pu ressortit un bon rapport financier.ce qui ne peut qu’amener les gens à se tourner vers les vendeurs de rêve.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.