Banner Before Header

Une carte mondiale de la profondeur des eaux souterraines publiée

0 125

eau souterraineLes chercheurs de l’Université Rutgers (New Jersey, USA) et de l’Université de Santiago de Compostela (USC en Espagne) ont développé une carte mondiale de la profondeur des eaux sous-terraines. Ce travail publié dans la revue Science compile des observations de toute la planète à partir d’informations d’archives gouvernementales et de littérature existante.

Les eaux souterraines proches de la surface de la Terre ont une forte importance pour les écosystèmes terrestres et, au-delà d’avoir une incidence sur le climat, elles aident à maintenir le débit des fleuves ou bien l’humidité des sols en absence de pluies. Malgré son importance, peu de personnes connaissent la distribution des nappes phréatiques, tranches qui séparent le sol oxygéné des aquifères. Ce travail recouvre également des zones sans données existantes mais dont la répartition spatiale des ressources a pu être planifiée grâce à un modèle hydrologique des eaux souterraines.

Selon les résultats, entre 22% et 32% de la surface totale émergée se trouve influencée directement par une nappe phréatique peu profonde, incluant approximativement 15% de zones d’eaux de surfaces alimentées par des eaux souterraines et entre 7% et 17% de zones où la nappe phréatique est accessible par les racines des plantes. Il est donc certain que la proportion des nappes phréatiques peu profondes a une influence sur les écosystèmes terrestres. Effectivement lorsque ces nappes sont peu profondes, elles interagissent de différentes manières avec le milieu et ont donc un impact considérable sur l’activité des écosystèmes.

Les eaux souterraines ont ainsi une influence étendue et structurée à l’échelle mondiale sur l’hydrologie et les écosystèmes terrestres. En appliquant le modèle développé par Y. Fan, Gonzalo Miguez Macho, avec l’appui du Centro de Supercomputacion de Galicia, a obtenu à une série d’observation à l’échelle mondiale, régionale et locale. A l’échelle mondiale, le niveau de la mer est prédominant et une ceinture d’eaux souterraines peu profondes encercle les continents. A l’échelle régionale, l’influence du climat aurait un impact important. Les zones les plus sèches comportent des nappes phréatiques plus profondes que celles des zones humides.

A l’échelle locale, l’étude mets en évidence que la topographie dominerait l’influence du climat. L’écoulement des eaux souterraines des zones les plus hautes vers les plus basses explique ce résultat de manière générale. Ainsi les vallées ont tendance à avoir des nappes phréatiques peu profondes, même dans le cas de zones arides ou désertiques. Les nappes phréatiques auraient ainsi des implications multiples vis-à-vis du climat et c’est à partir de cette hypothèse que les chercheurs ont modélisée cette carte mondiale à travers leur étude. voir la carte ici

Cyril Beraud, cyril.beraud@diplomatie.gouv.fr

 Cet article a précédemment été publié sur http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72590.htm

.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.