Banner Before Header

Le parc national du Mont Cameroun bientôt aménagé

0 433

forêtLe mont Cameroun figure parmi les 18 parcs nationaux que compte le Cameroun. Sauf autorisation du ministre des Forêts et de la Faune (Minfof), les activités industrielles, agricoles, pastorales et forestières ainsi que l’introduction d’espèces zoologiques ou botaniques y sont proscrites.

Seulement, d’après Simon Besem Besong, conservateur du parc, l’on enregistre encore des cas de chasse non contrôlée, d’exploitation abusive du prunus (plante médicinale) et de déforestations dues aux feux de brousse. Un ensemble de facteurs qui ont incité le gouvernement à mettre sur pied un plan d’aménagement.

C’est à l’effet de valider le document que les responsables du Minfof et les partenaires du programme de compétitivité des filières de croissance (Pcfc) à savoir, la Banque mondiale, la Giz et la Kfw se sont réunis mercredi 29 octobre 2014 à travers un atelier organisé au jardin zoologique de Mvog Betsi. Les travaux étaient placés sous la présidence de Denis Koulagna Koutou, secrétaire général du Minfof.

Le parc national du mont Cameroun (Pnmc) a été créé le 18 décembre 2009. Etendu sur une superficie de 58,178 ha, il englobe 41 villages répartis à travers cinq arrondissements à savoir, Buea, Muyuka, Mbonge, Limbe II et West-Coast. « Cette aire protégée a été mise en place durant le programme de gestion durable des ressources naturelles du Sud-Ouest (Psmnr). Elle a été conçue pour booster l’économie du pays à travers l’impulsion des filières de croissance que sont le Minfof et le ministère du Tourisme et des loisirs», a expliqué Denis Koulagna Koutou.

Le plan d’aménagement du Pnmc élaboré en conformité avec les directives nationales en la matière, vise donc à promouvoir le développement de l’écotourisme et le financement durable pour la prise en charge des activités qui y sont menées.

D’après Samuel Eben Ebaï, délégué régional du Minfof pour le Sud-Ouest : « Ce plan constituera le cadre directeur de toute intervention dans le parc pour les cinq prochaines années ». Les travaux d’hier ont donc permis aux participants de faire un état des lieux du Pnmc ainsi que du processus d’élaboration et de validation du plan de gestion. Le document issu de l’atelier sera remis au Premier ministre.

Michèle FOGANG-cameroontribune.cm

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.