Banner Before Header

« il est nécessaire de poursuivre la canalisation du Mfoundi »

0 230

Casses-Yaoundé-Tsimi-EvounaGilbert Tsimi Evouna, délégué du Gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé, s’explique sur les problèmes des inondations.

Monsieur le Délégué du Gouvernement, à chaque grosse pluie, l’on constate que les populations situées en aval du canal du Mfoundi souffrent des inondations. Cet ouvrage était pourtant censé résoudre le problème. Qu’est-ce qui explique cette situation ?

En effet, la première phase des travaux de construction du canal du Mfoundi vise à améliorer l’évacuation des eaux pluviales qui arrivent au centre-ville, au niveau de la Place Ahmadou Ahidjo (Poste centrale). Il est donc prévisible qu’à la fin de ce canal qui s’arrête au quartier Nsam, des risques de débordement du Mfoundi subsistent dans la zone située après. Raison pour laquelle, il est nécessaire de poursuivre la canalisation jusqu’à la sortie de la zone urbanisée. C’est ce qui justifie la deuxième phase du Projet d’Assainissement de Yaoundé, où ce canal va être prolongé de 5 km, du quartier Nsam au quartier Ahala.

Les mêmes désagréments se vivent au centre-ville, notamment à la poste centrale. Là aussi, on n’est pas véritablement sorti des inondations …

Il est important d’observer qu’à la poste centrale, la rivière Mfoundi est de moins en moins débordée. La fréquence des inondations est passée d’environ 15 par an, à moins de 3. Les eaux observées sur la chaussée pendant les fortes pluies, sont dues au temps que prennent les eaux de ruissellement pour être absorbées par les avaloirs qui les conduisent vers le canal souterrain. Cet afflux temporaire d’eau sur la chaussée disparaît généralement quelque temps après. Il arrive aussi souvent qu’un avaloir soit obstrué par les déchets de toutes sortes jetés anarchiquement sur les chaussées.

Cela fait des années que l’on attend la deuxième phase du PADY. Où en est-on avec le projet ?

L’instruction de la deuxième phase du PADY est terminée, les conventions de prêt avec la BAD et l’AFD sont signées et les procédures de passation des marchés sont en cours. Les travaux pourraient démarrer au cours du premier semestre de l’année prochaine.

Est-ce que vous pouvez nous assurer que cette deuxième phase va résoudre définitivement le problème des inondations le long du Mfoundi ?

Il convient de préciser que l’inondation est un phénomène naturel, qui peut survenir à tout moment en cas de pluie exceptionnelle par son intensité, sa durée et son étendue. Les travaux faits ont pour but de diminuer la probabilité d’occurrence du phénomène. Les efforts des pouvoirs publics doivent être accompagnés d’un comportement citoyen des populations qui ne doivent pas jeter les déchets dans les cours d’eau ou remblayer les marécages.

Ce sont ces déchets et ces terres qui vont obstruer les ouvrages de drainage des eaux, et aggraver les risques d’inondations. Par ailleurs les marécages, zones fortement inondables, ne doivent pas être envahis anarchiquement par les constructions pour diminuer les dégâts en cas d’inondations. A chaque occasion, la Communauté urbaine de Yaoundé ne cesse de sensibiliser les populations sur les rejets anarchiques des déchets et les constructions dans les marécages. A cet effet, un volet information et sensibilisation est prévu dans le PADY 2.

Propos recueillis par Brenda Yufeh NCHEWNANG-NGASSA-cameroontribune.cm

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.