Banner Before Header

Cameroun-Lom pangar : grave corruption lors de l’indemnisation des riverains

0 194

Selon le rapport du Recodh, la commission  de constat et lom pangard’évaluation est au centre des malheurs des populations riveraines.

« Pour les besoins de publicité, le ministre des domaines, du cadastre et des affaires foncières m’a remis mon chèque devant les caméras et quelques minutes plus tard, on m’a invité dans une pièce contiguë pour me régler mes 431 100 Fcfa en espèces et avant même que la cérémonie solennelle ne soit close ». Ceci est une déclaration d’un habitant de Lom Pangar dans la région de l’Est où est en train  d’être bâti le barrage hydroélectrique.

Ce notable se confie aux enquêteurs du Réseau Camerounais des Organisations des Droits de l’Homme (Recodh) qui notent que la transaction est faite contrairement à l’orthodoxie. L’infortuné espère ainsi fournir à cette équipe des éléments de preuves de l’arnaque qu’ont subie les riverains du barrage. En effet selon l’étude de cette organisation financée par le programme d’appui à la société civile (Pasc) et présenté le 21 janvier 2014 à Yaoundé, les populations n’ont pas apprécié le travail de la Commission de constat et d’évaluation (Cce) chargée d’identifier les biens en vue de l’indemnisation de leurs propriétaires sur les sites des grands projets au Cameroun.

Au rang des griefs relevés : la corruption de certains agents de la dite commission et les actions de personnels mal intentionnés ; la mise à l’écart de certains villages dans l’opération ; la mauvaise foi des membres de la Cce, la précipitation et la désinvolture dans le travail. Au dire des populations, cette commission n’a pas bien fait son travail dans plusieurs localités. Ce qui induit sur le terrain, de nombreux manquements observés notamment dans le recensement des biens.

Par exemple, relève l’enquête du Recodh, arrivée dans le village, l’équipe de la Cce s’est divisé en deux groupes. Le premier pour s’occuper des agriculteurs dans les champs et l’autre pour les orpailleurs dans les trous d’or. « Or on est dans une communauté où les populations dans la matinée vont au champs et dans l’après-midi cherche de l’or. En se divisant ainsi cela a permis que les agriculteurs qui n’étaient pas au champs pendant que la commission passait ne se fussent pas identifier »déplore Paul Guy Hyomeni, coordonnateur national de Recodh.

Par ailleurs toujours d’après ce rapport, afin d’obtenir le recensement de tous leurs biens, de les surévaluer ou de les insérer sur la liste, certaines ont versé de l’argent à certains agents de la commission. Résultats, dans les localités de Ggouba, Bélindélé,Mbitaraza I et Dongo par exemple, des autorités traditionnelles déclarent ne pas connaître certains individus ayant été indemnisés à hauteur de 18 millions de FCFA.

Nadège Christelle Bowa

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.