Banner Before Header

Cameroun : les importations du riz continuent de grimper

0 383

ajafe-rizSelon des chiffres publiés par la douane camerounaise, elles ont coûté par moins de 156 milliards de Fcfa  en 2012.

Les importations de riz ont encore augmenté au Cameroun en 2012. A en croire les services de douane du pays ; elles ont atteint 552 000 tonnes l’année dernière contre 507 000 tonnes en 2011, soit un accroissement de 8,9%.

Avec une demande de riz sans cesse croissante au sein de sa population, le gouvernement camerounais a encore été contraint de dépenser 156 milliards de Fcfa en 2012 pour importer cette céréale indispensable à l’alimentation des camerounais.

En 2011 déjà, une enveloppe de 135 milliards de Fcfa avait été débloquée pour les mêmes raisons. Soit une augmentation de près de 17 %, toujours selon les données de la Douane camerounaise.

Dans les surfaces de vente du pays, le prix du riz s’est stabilisé chez les commerçants, après la légère hausse observée en septembre et octobre 2013. « Malgré l’augmentation du prix du sac du riz en septembre dernier, le nombre de clients n’a pas diminué puisque cet aliment est très prisé au sein de la population », renseigne Jules Kamga, vendeur au marché d’Essos à Yaoundé.

En effet, le riz compte parmi les denrées alimentaires les plus consommées au Cameroun. Les chiffres issus de la deuxième enquête sur les ménages(Ecam3), menée par l’Institut National de la Statistique(INS) révèlent que chaque camerounais dépense environ 11 180 Fcfa par an pour la consommation du Riz. Mais la production nationale de cet aliment reste très en deçà de la demande. Même si le pays dispose d’énormes potentialités pour la culture du riz.

Selon des chiffres officiels, la production camerounaise du riz tourne autour de 100 000 tonnes par an. Bien loin de la demande nationale estimée à 300 000 tonnes. Et pour cause, les agriculteurs locaux continuent à faire face à de nombreuses difficultés matérielles et financières. « Non seulement le matériel agricole utilisés par les riziculteurs est archaïque, ces derniers rencontrent d’énormes difficultés pour obtenir des financements et les bonnes semences pour. Or, toutes les conditions climatiques sont réunies au Cameroun pour la culture du riz. Malgré sa volonté de booster la production du riz, les efforts du gouvernement restent insuffisants », indique un cadre du ministère de l’Agriculture et du développement rural.

Joseph Samuel Zoé

 

 .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.