Banner Before Header

Cameroun : La mortalité maternelle et infantile préoccupe

0 191

DSC04438-Copie-Copie-CopieD’après les statistiques officielles, le ratio de mortalité maternelle au Cameroun est établi à 782 décès pour 100000 naissances vivantes, soit un total d’environ 70000 femmes sur 940 000 qui ont trouvé la mort en 2013 au moment de donner la vie.

Le taux de mortalité des enfants de moins d’un an est quant à lui évalué à 62 décès pour 1000 naissances vivantes. L’évaluation spécifique des indicateurs montre une dégradation constante depuis 1998, année qui avait enregistré un ratio de mortalité maternelle de 430 décès pour 100 000 naissances vivantes, grimpé à 669 en 2004 et 782 en 2011. Le constat est donc que la mortalité des mères a presque doublé en 13 ans. Désormais, une femme meurt toutes les deux heures  en donnant la vie au Cameroun.

En revanche, pour la santé des enfants de 0à 5 ans, une baisse de la mortalité est déclarée, réduite à 1,3% par an, soit une tendance de 146 à122 décès pour 1000 naissances vivantes au cours de la période évoquée. La mortalité néonatale a quant à elle connu une courbe déclinante à 31 décès pour 1000 naissances en 2011 après avoir enregistré une amélioration de 41 à 29 décès pour 1000 naissances en 1998 et 2004. Les régions les plus touchées restent l’Extrême-Nord et le Nord, suivies de l’Adamaoua, du Centre, de l’Est et du Sud.

Les causes de ce triste phénomène sont davantage structurelles et caractérisées par la faible qualité des formations sanitaires, de personnels de santé et l’accès difficile aux soins de santé. A ceci, s’ajoute le fait que 83,5% de la population cible de la lutte contre la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infanto-juvénile a moins de 25 ans et la femme en âge de procréer représente 27,9% de la population générale.

Le défi s’annonce grand. D’ici 2018 le gouvernement  camerounais veut réduire de 25%, le nombre de décès lié à la naissance. En retard sur l’atteinte des Objectifs du Milliaire pour le Développement (OMD) dans ce domaine à un an de l’échéance de 2015, il a pour cela lancé le 09 mai 2014 à Yaoundé, un Programme national multisectoriel de lutte contre la mortalité maternelle, néonatale et infantile chiffré à 30 milliards de FCFA par an pour sa mise en œuvre.

Cette nouvelle stratégie contient une série d’actions destinée à juguler «  la tragédie silencieuse que constitue la mortalité maternelle et infanto-juvénile. J’appelle tout un chacun à se mobiliser. Nous avons l’ambition d’ici 2018, de réduire ce taux de 25%. Faisons un effort collectif », a exhorté André Mama Fouda, ministre de la santé publique au Cameroun.

Elle a aussi pour principal objectif d’impulser l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant en rendant, entre autres actions préconisées, les soins obstétricaux disponibles à tous les niveaux de la pyramide sanitaire.

Olive Atangana

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.