Banner Before Header

Cameroun : des pygmées reçoivent enfin des actes de naissance

0 213

??????????????????????Après avoir remis solennellement 25 actes de naissance aux enfants Baka à la place des fêtes de Lomié, dans la région de l’Est, lundi 23 février 2015, René Gremonese, le Haut-commissaire du Canada au Cameroun s’est rendu au campement pygmée de Polydor, localité située à près de 6 km de la ville de Lomié où, il a également remis des actes de naissance aux enfants de ce campement. Dimanche 22 février 2015, René Gremonese a remis la première vague d’actes de naissance aux enfants Baka de l’arrondissement de Mindourou dans la salle des actes de la commune en présence du maire Richard Zenglé Ntou. A chaque étape, le Haut-commissaire du Canada au Cameroun a rappelé le fait que le Cameroun a ratifié la Déclaration universelle des Droits de l’Homme qui s’applique à tous.

La remise des actes de naissance à Mindourou et à Lomié a été faite dans le cadre du projet « Droit de citoyenneté des enfants Baka », né d’une concertation entre Cuso international, une Ong canadienne qui fait dans la promotion du volontariat international et Les Ailes de l’espoir Cameroun, une association apolitique, non confessionnelle à vocation humanitaire, qui a pour objectif principal, le volontariat dans le développement communautaire, basée à Lomié. Un projet qui est arrivé à son apothéose grâce à la contribution du Haut-Commissariat du Canada sous recommandation du Cuso International.

Selon Marie-Paule Georgy Langle, présidente fondatrice de cette Ong, « le recensement des enfants Baka pour assurer leur éducation de manière particulière » constitue l’un de leurs objectifs. Pour réaliser ces ambitions, Cuso international a octroyé un premier financement qui a permis le recensement de plus 1000 enfants Baka de 0 à 18 ans dans les arrondissements de Mindourou et Lomié dans le département du Haut-Nyong à l’Est.

Les cibles étaient ceux qui ne possèdent pas d’actes de naissance. Pour Marie-Paule Georgy Langle, le peuple Baka, depuis sa sortie de la forêt a toujours été marginalisé par les Bantou. « Il reste cette couche réduite à la servitude, qui subit encore de nos jours des vices d’exploitation de toutes sortes. Nous pouvons citer avec certitude, les viols et abus sexuels chez les jeunes filles par des hommes Bantou, la maltraitance qui va souvent jusqu’à la destruction de leurs huttes d’habitation», a déclaré la présidente fondatrice des Ailes de l’espoir Cameroun qui ajoute que « le peuple Baka en général n’est propriétaire ni de terre pour cultiver, ni de parcelle pour cimetière encore moins de forêt communautaire. ».

Propos confirmé par Gerald Lomié, maire de la commune de Lomié. « C’est une interpellation pour nous tous. Les Baka sont marginalisés et tous les efforts de la commune pour les sortir de cette marginalisation restent vains. Même les Bantou n’ont pas de carte nationale d’identité, il faut sensibiliser davantage les uns et les autres à déclarer les naissances », explique-t-il tout en reconnaissant l’importance des projets du Canada dans la commune de Lomié, notamment la transformation en perspective du bois.  Lire la suite sur http://mutations-online.info/

Sébastian Chi Elvido

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.