Banner Before Header

Cameroun : 4marques d’eau embouteillées autorisées, le reste dans l’illégalité

0 150

ajafe-eauLe marché camerounais des eaux embouteillées s’enrichit chaque jour des nouvelles marques qui généralement n’ont pas de permis d’exploitation.

Selon une source autorisée au ministère des mines et du développement technologique(Minmitd) «  seuls 4 marques ont des autorisations à exploiter, à embouteiller et à commercialiser les eaux de source ou minérales, parce qu’elles ont présenté des meilleures garanties de qualité. Les autres ne sont pas autorisées. Elles évoluent dans le maquis total. »

Les entreprises habilitées à exercer cette activité sont la Société des  « Source Tangui » autorisé à exploiter depuis le 02 mars 1981, la société des eaux minérales du Mont Etinde « Semme minéral water », depuis 1999, les Sources du Pays « supermont » depuis le 27 août 1984 et la société des eaux minérales du Mont Eloundem « Pura » depuis 2011. «  Ce sont les seules sociétés qui ont bénéficié d’un arrêté signé du ministre des mines leur conférant la qualité et l’autorité nécessaire afin d’exploiter les sites géothermiques, les eaux de source ou minérales », confirme une source au ministère chargé des mines.

Les raisons probantes pour lesquelles il existe une panoplie de marques sur le marché camerounais des eaux embouteillées, selon une source au Minmitd ; n’exclut pas les actes de corruption qui ont déjà tissé leur toile dans le secteur. « Des responsables ici, surtout ceux de la direction des mines à qui le ministre quotte les dossiers relatifs aux autorisations d’exploitation ont une astuce : faire retarder le dossier pour que les 60 jours passent, ce qui selon la loi constitue le silence de l’administration et donc, donne quitus au demandeur de commencer l’exploitation. C’est une entente généralement qui se passe entre les promoteurs aux dossiers pas clairs et ces responsables qui ne perdent rien pour attendre »

« Toutes les marques que vous voyez sur le marché ne garantissent pas toujours en matière de qualité. Certains promoteurs ont tôt fait de corrompre les équipes commises par le ministre afin de s’assurer que le requérant dispose de toutes les conditions requises pour lui délivrer un permis d’exploitation ». Cette même source qui explique par ailleurs que certains promoteurs éprouvent des difficultés à présenter des dossiers fiables où ils peuvent montrer les périmètres qui serviront à l’exploitation. « Parfois ce sont des puits impropres à la consommation qui servent de captage direct effectué sur les eaux » explique cette source.

Clandestinité

« Je vous met au défi de me montrer au moins un siège de cinq société promotrices des eaux embouteillées » lance un proche du secrétaire d’état au Minmitd. Dans les services de la direction des mines, les quatre marques agréées (Tangui, Semme, Supermont, et Pura) ont présenté des sites fiables et des installations propices à l’exploitation des eaux de source et minérales.

« Le captage, le lavage, le remplissage et le bouchage des eaux nécessitent des conditions d’hygiène particulières. C’est un processus qui devrait en principe être suivi par le ministre des mines et l’agence de la norme et de la qualité au Cameroun, mais c’est dommage de constater qu’il y a un laisser-aller », regrette M.Seme Noungon , promoteur de Semme Minéral Water.

Ferdinand Ngoun

.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.