Banner Before Header

Cameroun : 35 milliards de F pour réhabiliter le barrage de Song Loulou

0 418

dsc_4923-2C’est dans un contexte marqué par les difficultés d’accès à l’énergie, les coupures intempestives et interminables, des perturbations dans la distribution et un service questionnable à tout le moins, que Joël Nana Kontchou prend les rênes de la Sonel.

Dans la feuille de route que lui dresse le gouvernement, figure en bonne place l’amélioration de l’accès de l’énergie électrique des ménages et de la qualité de services fournis à la clientèle. «  Chaque année, votre satisfaction devra être les branchements de millions d’usagers au réseau, l’adaptation des services et l’efficacité dans la distribution » indique basile Atangana Kouna, ministre camerounais en charge de l’énergie.

Dans les cinq prochaines années, afin de donner à ce vaste programme, le fonds d’investissement britannique Actis, selon le ministre de l’Eau et de l’énergie, a annoncé un plan d’investissement de 170 milliards de FCFA qui seront affectés prioritairement à la réhabilitation du barrage de Song loulou et à l’extension de la centrale à gaz de Kribi.

Pour ce qui concerne le barrage de Song loulou, cette infrastructure dont l’importance dans la fourniture de l’énergie électrique au Cameroun, a été construite en 1976 par l’entreprise Energie Electrique du Cameroun (Enelcam) sous la tutelle technique d’Electricité de France. Selon les rapports restés discrets jusqu’aujourd’hui, la structure de barrage est sérieusement endommagée et nécessite des travaux de réhabilitation importants.

Au-delà de la rénovation de ce barrage hydroélectrique dont la puissance initiale à la construction était de 195MW avant les  travaux d’extension qui l’ont portée à une puissance installée de 384 MW. Pour cette réhabilitation, les  travaux coûteront la bagatelle de  35 milliards de Fcfa. Ce qui permettra  aux villes de Yaoundé et de Douala de bénéficier d’une couverture électrique stable et rénovée.

La Sonel  va également investir dans l’extension de la centrale à gaz de Kribi. Avec une puissance de 216MW extensible à 330 MW, les travaux de cette centrale thermique, charrie beaucoup d’espoirs dans l’amélioration de la qualité de la fourniture de l’énergie au Cameroun. Car, selon les experts, avec sa mise en service et son fonctionnement à plein régime, les entreprises et les particuliers bénéficient de plus d’énergie et limitent les délestages.

Mais selon un rapport de la direction des affaires économiques du ministère des Finances daté de décembre 2013, cette infrastructure ; à cette époque, ne tournait qu’à 30% de ses capacités. «  Si les travaux de la centrale de Kribi ne sont pas engagés d’ici la fin de cette année, on va replonger dans les délestages », prévient un expert du secteur.

Pierre Célestin Atangana-Mutations-

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.