Banner Before Header

Cameroun : 200 organisations agricoles à l’assaut des banques

0 264

OLYMPUS DIGITAL CAMERALe but de la manœuvre est d’accéder aux financements du programme d’amélioration de la compétitivité agricole (PACA).

200 organisations  agricoles sont allées à l’assaut du secteur bancaire et des établissements de micro-finance au travers d’un forum sur le développement du partenariat économique le vendredi 1er novembre 2013 à Douala. Initié par les responsables du projet d’amélioration de la compétitivité  agricole (PACA) dans la région du Littoral, ledit forum a permis de mettre en relation les différents acteurs en vue de renforcer le partenariat économique. Mais également aux membres des organisations  agricoles de maitriser les mécanismes de financement question de mieux utiliser les subventions octroyées dans le cadre dudit projet.

« Puisque ces subventions ne sont pas remboursables et que le projet ne dure que cinq ans de 2010 à2015, il est donc question pour ces organisations de s’arrimer aux exigences du secteur bancaire afin de pérenniser les acquis de ce projet », précise Jean Blaise Bama Yangona, coordonnateur régional du PACA dans la région du Littoral. Avant d’ajouter que 47 sous projets ont été approuvés dans cette région.

Et les bénéficiaires recensés parmi les agriculteurs, fermiers et éleveurs s’apprêtent à signer une convention avec les responsables du PACA. Il est important de rappeler que chacune des organisations agricoles retenues a formulé une demande en vue de l’octroi de ladite subvention. Par la suite, un expert commis par les responsables du PACA a audité ces associations sur la base des critères de rendement, des porteurs du projet, respect de l’environnement, Et c’est au terme de cet audit, qu’un business plan est monté. Une fois ces étapes passées, « nous exigeons 10% des organisations paysanes avant la signature de la convention et 20% par la suite. Soit 30% du montant de la subvention. Et le Paca fournit le reste de 70%. Et cet argent doit être déposé dans un compte bancaire portant le nom du GIC et du PACA », explique Benjamin Ngoma MOutome, spécialiste en gestion des exploitations PACA-Littoral.

D’où l’opportunité dudit forum qui a permis aux banques d’en savoir un peu plus sur ce projet. Car, d’après la loi, la création d’un compte portant deux noms ne devrait pas se faire. Or, « comme c’est un cofinancement public, les banquiers ont opté pour la création d’un sous compte du GIC portant le nom PACA afin de rappeler que ce compte est géré par deux entités », poursuit le spécialiste des exploitations PACA dans le Littoral. «  Nous ne demandons pas mieux, nous sommes satisfaits » conclut Eric Dogmo du GIC pilote, une des organisations paysannes retenue.

En rappel, le PACA est le fruit d’une convention signée entre la Banque Mondiale et le gouvernement du Cameroun pour le financement du projet d’amélioration de la compétitivité agricole des organisations agricoles sur des filières spécifiques (la banane, riz, palmiers à huile, maïs, porc et volaille) en septembre 2009. Ladite convention est en vigueur depuis le 29 janvier 2010. Le montant global du projet est de 82 millions de dollars US soit environ 41 milliards de FCFA.

Aristide Ekambi

.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.