Banner Before Header

Cameroun : 12 milliards F aux mairies pour lutter contre la déforestation

0 257

defosIl s’agit d’un projet d’un projet pilotée par la FAO et l’Etat et qui vise à intégrer les municipalités dans la gestion durable des forets

« Les forets camerounaises et les services écosystémiques associés sont menacés du fait d’une pression anthropique sans cesse croissante. A titre d’illustration, le taux de déforestation enregistré au Cameroun entre 1990 et 2010 est estimé à 220000 hectares par an. L’objectif environnemental de ce projet est de réduire la déforestation et la dégradation des forêts communales afin d’améliorer la conservation de la biodiversité, de réduire les émissions et accroître les stocks de carbone. Son objectif de développement est d’améliorer les conditions de subsistance des communautés locales en encourageant les activités génératrices de revenus durables »

C’est par ce constat alarmant fait par Maî Moussa Abari représentant de la FAO au Cameroun que cette organisation s’est engagé dans la lutte contre la déforestation, à travers le projet de gestion des forêts communales.

Des 21 423 333 dollars EU nécessaires pour sa réalisation, 17 850 000 dollars EU devront conjointement être mis à la disposition par le gouvernement du Cameroun dont les représentants sont le ministère des Forêts et de la faune et le ministère de l’Environnement, de la protection de la nature et du développement durable. Le Fonds des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), le Programme national du développement participatif, la GIZ et CAM-ECO. 3 573 333 dollars EU devant être offerts par le Fonds pour l’Environnement Mondial.

La mise en œuvre du projet, elle, concerne les communes au premier chef. C’est donc pour mettre ces municipalités camerounaises face à leur destin dans la gestion des forêts communales que Koulsoumi Boukar, le secrétaire d’Etat auprès du ministre des forêts et de la faune, a mis en exergue l’objectif de développement local à travers l’exploitation des ressources forestières. C’était le 05 avril 2016, lors du lancement du projet à Yaoundé.

« Ce projet devra permettre aux communes de contribuer à la gestion durable des forets. Ceci, à travers la réduction de la déforestation et la dégradation des forêts. Une initiative qui permettra de conserver la biodiversité et de réduire les gaz à effet de serre dans les communes. En même temps, la gestion de ces forêts permettra aux communes d’avoir des revenus substantiels qui vont leur permettre d’impulser leur développement », a présicé Bruno Mfou’ou Mfou’ou, directeur des Forêts au MInfof, coordonnateur du projet.

Les magistrats municipaux, eux, sont évidemment au fait de la lutte contre la déforestation et œuvre pour la gestion durable des forêts. Le bien- être des populations en dépend, la survie des communes aussi. D’où la bienvenue du projet. « Ce projet va nous donner un véritable coup de pouce. Et nos attentes sont de pouvoir renforcer les capacités de nos agents dans la gestion durable des projets, de pouvoir préserver le carbone et de bénéficier des quatre composantes de ce projet qui vont faire en sorte que nous puissions gérer convenablement aux forets communales. N’oublions pas que l’Etat destine les revenus des forêts communales aux populations.30% de ces recettes vont directement aux projets présentés par les populations riveraines des forêts communales. Ensuite, dans les 70% qui reviennent aux communes, 30% sont encore consacrés à l’investissement et seulement 40% au fonctionnement de la commune. Donc pratiquement 60% des revenus de la forêt communale son destinés aux populations. C’est pour aider le développement de la base » fait savoir Elise Mballa Meka, maire d’Akom2

Bertrand Ayissi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.